Le monde merveilleux de la réalité augmentée

Traînant sur un blog geek et high-tech connu, je tombe sur un article présentant une publicité pour la société Infinity Augmented Reality censé nous montrer leur vision de ce que sera la réalité augmentée dans quelques années.

Pour une fois, pas de critique particulière sur ce plan : l’article, très court, est plutôt neutre (pas de « c’est trop cool »), et les commentaires, majoritairement masculins, sont plus choqués et dégoûtés qu’autre chose.

A raison.

Parce que cette video… Mon dieu… On commence avec une série de cliché sur un mâle alpha, jeune, musclé, plein aux as, rendu encore plus alpha grâce à ses lunettes à réalité augmentée, qui lui permettent d’asseoir son ascendant sur les autres mâles grâce à cet avantage secret.
J’avoue, je commençais à être assez mal à l’aise. On n’était pas dans le relationnel, mais dans l’exaltation d’un moi de winner (« salut les gars, voilà ce que vous avez toujours rêvé d’être »), exaltation boostée par la technologie.

Mais là où ça devient vraiment glauque, c’est quand notre prédateur se met en tête de mettre une jeune et jolie serveuse (forcément jeune et jolie) dans son lit.
La sempiternelle femme trophée, que la possession d’une montre/voiture/costume permet d’impressionner, c’est déjà bien lourd, mais là, on passe à la vitesse supérieure. A noter d’ailleurs qu’un bon tiers de la vidéo concerne cette femme, ce qui en fait l’argument de vente majeur des lunettes AR. En soit, ça serait déjà bien vomitif, mais ce n’est pas tout…

Notre « héros » commence donc par accéder au profil Facebook (forcément blindé d’infos, mais peu importe) de la nana, apprenant ainsi des détails sur elle qui lui donnent un avantage dans la discussion qui s’ensuit, et ce, sans qu’elle se doute de quoi que ce soit. Bon, personnellement, je trouve ça déjà très malsain de se renseigner ainsi sur quelqu’un sans qu’il le sache, il me semble qu’on est déjà dans la manipulation.
Mais là où j’ai vraiment été estomaqué, c’est en voyant derrière les lunettes magiques opérer une analyse du stress de la voix de la demoiselle, indiquant en temps réel à notre prédateur l’effet que ses phrases et son attitude ont sur elle, sans bien sur que cette dernière se doute de quoi que ce soit.
Sérieusement ?

« Grâce à nos super lunettes, vous allez pouvoir espionner vos futures conquêtes et ajuster vos propos et gestes afin d’obtenir d’elles ce que vous voulez, peu importe qui vous êtes réellement et si vous lui auriez plu ou pas » ?!

On n’est pas dans la rencontre ou le rapport de personne à personne, avec une alchimie qui s’établit ou pas, fut-ce simplement pour un soir : la femme est ici réduite en obstacle à conquérir, un de plus (« Winner! »), l’important étant d’utiliser tous les outils à notre disposition pour l’amener à satisfaire nos désirs. Peu importe qui elle est, la seule chose qui compte, c’est ce que veut notre « héros », et tous les moyens sont bons pour l’obtenir. Perso, désolé, mais je préfère encore rester seul.

Dans le futur, des geek beaux, riches et musclés utilisent la technologie pour humilier les autres au billard, et manipuler de jolies femmes pour qu’elles couchent avec eux, le tout sans que nul ne se doute de rien.

Édité par Keela

Les pubs WinDev

WinDev, WebDev et WinDev Mobile sont des outils de développement de l’entreprise PC Soft.
Ils ont en général 3 pages de pub par mois dans le magazine l’Informaticien.
Ça ressemble à ça :

134c77036ffc005571f590ffe9eaafdascreenshot2012-11-08at16-02-21

vendeur_femme_m

wx19-noel-grand

À chaque version, la modèle a moins de vêtements.

Mieux encore, voici la brochure de la version 19, qui colle des femmes sexy à chaque page avec de petites phrases coquines :
http://www.pcsoft-windev-webdev.com/brochure-WX19.pdf

Capture du 2013-12-29 12:51:34

Capture du 2013-12-29 12:49:06

Capture du 2013-12-29 12:48:21

Capture du 2013-12-29 12:48:37

Dix ans de communication d’une entreprise qui fait de l’argent et a pignon sur rue. L’utilisation de corps de femmes pour vendre des produits sans rapport a encore de beaux jours devant elle.

Édité par Mar_Lard

Miranda affect

Je sais qu’une semaine ça peut déjà remonter à loin, surtout à l’échelle de Twitter. Mais bon, les choses étant ce qu’elles sont, j’ai pas eu l’occasion de coucher plus tôt sur papiers mes impressions suite à ce retweet de @Mar_lard à propos du jeu de mot de @PoufyGB, M-Ass Effect et la discussion… constructive qui s’en est suivi :

Qu’est-ce que ça nous montre ? Déjà, dans un premier temps, qu’il existe des commentateurs de jeux vidéo se disant « pro, » et ils ne sont pas tellement rares, qui oublient tout professionnalisme, toute distance critique lorsqu’ils commentent justement des jeux vidéo.

Mar_lard l’a très bien mis en lumière dans son article à propos de Joystick sur Genre! : qu’ils fantasment sur des fessiers féminins cadrés serrés et des héroïnes agressées trahit déjà un problème certain, mais qu’ils l’étalent comme si de rien était sur des médias exigeant d’eux une certaine « objectivité » en est un autre. Et il y en a pour dire « ça va, » « c’est une blague, » « c’est pas grave. »

Le jeu vidéo est par définition un « jeu », avec tout ce que cela peut sous-entendre de légèreté, les majors du secteur vendent ça comme étant « cool, » les commentateurs et les joueurs en parle comme d’un truc « cool; » cependant c’est tout sauf anodin : le jeu vidéo étant devenu, est-il besoin de le rappeler, la première industrie culturelle au monde, il est, à l’instar de la littérature, du cinéma ou de tout autre média, porteur de discours. On ne peut donc pas balayer d’un revers de main ces problèmes de représentation et de réception, qu’il faudrait d’ailleurs chercher à combattre d’autant plus activement.

Arrivons-en aux faits. S’ils parlent à qui mieux-mieux des fesses moulées de Miranda, c’est bien parce qu’ils n’ont pas eu à chercher bien loin vont-ils répondre… La promo de Mass Effect 2, dans lequel apparaît le personnage pour la première fois, n’y est pas allé de main morte (je ne retiens qu’un seul exemple ici, assez « éclairant, » à l’égard de l’usage du perso de Miranda pour le marketing : Histoires de couv’ : IG Magazine 6, massive affect). Les images de promo faisaient la part belle à Miranda en mode « cul-poitrine », sans parler de sa mise en avant sur les visuels, jaquettes, etc.

Comment en est-on arrivé là, alors qu’en la matière Mass Effect 1 était beaucoup plus neutre ? Le but étant de vendre, et la publicité opérant un nivellement par le bas en cherchant des facteurs parlants à tous, le plus simple parait donc de jouer déjà sur la teneur militaire et testostéronée mais aussi beaucoup sur la plastique de Miranda. Ou l’art pour le marketing de faire fantasmer cet acheteur de jeu vidéo adolescent, hétéro et en rut…

Ce serait tout aussi facile de dire que ce même marketing a les dents suffisamment longues pour influer sur la création du personnage, il suffit de lire les remarques contenues dans l’artbook des trois jeux (joke inside) : « […] Miranda’s body and clothing tried to balance sex appeal with a uniform […] » Une pub, sauf à valoriser, ça ne ment pas de manière éhontée (ahem…), on voit bien ici qu’il y avait déjà matière à faire avec ce « corps et cette tenue de Miranda qui devait équilibrer sex-appeal et uniforme » …

Mass-Effect-2-Widescreen-Wallpaper

Entendons-nous bien, il ne s’agit pas de faire le procès des jeux Mass Effect, de Bioware ou d’EA. Pour ce qui est du jeu stricto sensus, Miranda ne parait pas moins développée qu’un autre personnage, n’est pas moins cohérente au regard de l’univers des jeux, on l’aime ou on la déteste, là n’est pas le problème. Pour autant, pas besoin de chercher bien loin pour se rendre compte qu’il y a un truc qui cloche. Au milieu de tous les portraits-archétypes SF du jeu, Miranda est – ALERTE SPOILER – la femme créée pour être parfaite, littéralement. L’idée ne paraissait pas mauvaise en soi, elle aurait pu d’ailleurs conduire à une réflexion intéressante. Cependant elle est complètement sapée par la représentation qui est faite du personnage dans le jeu, à l’image du tweet repris par Mar_lard.

Comment voulez-vous en effet croire que les développeurs voulaient offrir une réflexion critique (peut-être que j’en demande trop) sur ce personnage de femme-objet si elle est justement toujours représentée et attifée en temps que telle ? Depuis son postérieur qui se retrouve cadré en gros plan à chaque dialogue, les plans cadrants au niveau de sa poitrine ou encore ceux ne montrant ses jambes et sa démarche (talons hauts oblige), pas de doute possible, Miranda est bel et bien objectifiée (un bel exemple de Male Gaze, de fétichisation du personnage féminin pour reprendre Laura Mulvey,) jusque dans ses sporadiques apparitions dans Mass Effect 3.

Qu’est-ce que moi, en temps que joueur, je retiens de tout cela ? Personnellement les jeux Mass Effect me paraissent sortir du lot, l’univers, les personnages, bref, c’est riche, bien fichu, attachant, prenant, dans une bonne mesure moins sexiste qu’une partie du tout-venant vidéoludique… Alors y voir les travers sexistes qui gangrènent déjà la majorité des autres productions JV, ça me parait d’autant plus consternant/atterrant/révoltant (rayer la mention inutile). Parce que, mine de rien, je n’aime pas les jeux vidéo pour la possibilité qu’ils m’offrent de me rincer l’œil.

Édité par Alda

Dragon’s Dogma deshabille la Mère Noël

À l’occasion de la sortie de Dragon’s Dogma Quest sur PS Vita, Capcom offre aux joueurs deux nouvelles classes de personnages dans l’esprit de Noël. Voici l’artwork d’une Presenter, voleuse honorable qui offre son butin aux pauvres :

drag1

Un choix de costume particulièrement adapté à la saison.

Source :
http://www.siliconera.com/2013/12/18/dragons-dogma-quest-finally-comes-vita-christmas-themed-jobs/

Des hôtesses déguisées en infirmières à LeWeb 2013

Deux jours à peine après que la ministre Fleur Pellerin ait saisi le Conseil National du Numérique pour travailler sur l’image des femmes sur Internet, des hôtesses déguisées en infirmières sexys arborants des panneaux aux petites phrases coquines arpentent LeWeb 2013, conférence dédiée aux entrepreneurs du secteur…Une initiative de Tequila Rapido, agence de communication numérique.

Leweb

Face au bad buzz, le directeur adjoint a défendu l’opération ainsi :

Il y a pire ailleurs donc pourquoi on s’en prend à nous, « c’est pas du porno, c’est pas du machisme », ça a été sorti de son contexte, finalement ça nous a fait du buzz donc merci, on prend la place de Lafâme dans l’entreprise très au sérieux et d’ailleurs il y a des femmes chez nous, nos « charmantes » infirmières font juste référence à la profession médicale, on verra l’an prochain si on revient avec des hôtesses ou pas.

Il prétend également qu’une personne de Girlz in Web a validé l’opération, cependant les membres de l’association ne semblent pas du même avis :

twitter GIW

giw

Pendant ce temps, parmi les 150 intervenants annoncés sur le site LeWeb, seulement 20 femmes…Or les environnements sexualisés, façonnés à destination exclusive d’hommes hétéros, contribuent à l’ostracisation des femmes de ce secteur.

Sources :
http://www.lesnouvellesnews.fr/index.php/cafouillage/66-sexisme-ordinaire/3305-dans-les-allees-de-leweb-le-sexisme-se-porte-bien
http://www.toutalego.com/2013/12/bientot-plus-dhotesses-en-petite-tenue.html

DTC offre des calendriers « Bonjour Madame »

Le geek est forcément un mâle hétérosexuel c’est bien connu.
C’est pourquoi le site danstonchat.com (recueil de conversations humoristiques sur IRC) propose à son public de gagner … le calendrier « Bonjour Madame », un site de photos érotiques de femmes.

Blog » A gagner - le calendrier Bonjour Madame - DTC - Où - Dans Ton Chat (BashFR)

Marre de votre copine dont le nom de termine en .jpg ? Ça tombe bien, car en partenariat avec Bonjour Madame, on vous propose de gagner PLUSIEURS copines en PAPIER (et du beau) ! Vous l’aurez compris, il s’agit du calendrier 2014 qu’ils viennent de sortir. 🙂

Pas de femmes hétéros ou d’hommes gays dans le public auquel s’adresse DTC, il faut croire…(et on peut douter qu’ils aient destiné ce concours aux lesbiennes et bisexuel-les).

Édité par Mar_Lard

Une vampire aux seins gonflables dans Tekken Revolution

Après les seins énormes, les seins difformes, les seins rebondissants, il fallait bien trouver quelque chose de nouveau…

Eliza, la nouvelle combattante de Tekken Revolution, est une vampire narcoleptique…dont les seins grossissent pendant le combat.

L’explication du producer Katsuhiro Harada :

"

« C’est un « Titty Twister » en anglais. C’est tout »

Plus sur ce sujet :
http://www.dualshockers.com/2013/12/15/harada-reacts-to-criticism-about-elizas-inflating-breast-size-get-a-life-calls-out-narrow-views/
http://www.dualshockers.com/2013/12/17/tekken-producer-on-eliza-and-her-inflating-breasts-she-had-many-votes-wants-to-see-how-she-does/

Les seins selon Crytek

La nouvelle génération de console est vraiment pleine de bonnes surprises: à peine dans les rayons que déjà, nous pouvons nous rendre compte des progrès réalisés par les studios à l’encontre du sexisme omniprésent dans le monde du jeu vidéo. Ainsi, Ryse: Son of Rome, un péplum romain, exclusif à la Xbox One et développé par Crytek, nous gratifie du meilleur personnage féminin de ces dix dernières années.

Ignorons la robe, l’absence de véritable personnalité (pas trouvé le moindre nom sur internet) et ce genre de choses, qui ne sont que bien trop souvent illustrées dans le monde du jeu vidéo.

Concentrons-nous plutôt sur la physique de ces seins.

Effarant n’est-ce pas ? Et cette motion ne s’est sûrement pas manifestée dans le jeu par magie: un développeur à eu pour tâche d’attribuer à ces seins une physique propre, tout aussi aberrante qu’elle soit. Pourtant, il est difficile de voir en quoi ce détail, non-exclusif à Ryse (cf. les seins de Lightning dans Lighting Returns: Final Fantasy XIII ), améliore l’expérience de jeu.

De plus, comme le fait remarquer Particia Hernandez chez Kotaku – That’s Not How Breasts Work, Ryse, ce problème de seins intervient dans une scène supposément dramatique/émotionnelle, où le protagoniste apprend les raisons de la mort de son père. Malheureusement, il est difficile de se concentrer sur autre chose que le mouvement surréaliste de cette poitrine, mais le male gaze passe d’abord, n’importe où et n’importe quand.

Les graphismes, que ce soit grâce à la lumière ou aux ombres, vous placent dans un contexte émotionnel différent, et conduisent à l’immersion. Et l’immersion est la chose la plus efficace que nous pouvons utiliser pour vous faire croire au monde que l’on crée.

Mentionnons aussi la prétention d’hyper-réalisme graphique des productions Crytek, qui propose pourtant ici quelque chose de tout sauf réaliste. Pas fantaisiste comme le degré de violence, mais bel et bien irréaliste, et donc à l’encontre des motivations du jeu.

Cette scène illustre ainsi malgré elle en quoi cette pratique, en plus d’être sexiste et de donner au jeu vidéo une image de loisir pour ados attardés, peut nuire au plaisir de jeu.

Édité par Mar_Lard

Scandale! Armures sans nichons!

En recherchant des mods (des modifications du jeu réalisées par la communauté de joueurs) pour Skyrim je suis tombée sur un truc super : des armures MOINS sexualisées pour les personnages féminins. Au milieu des tombereaux de mods pour les mettre à poil, leur donner des nichons qui feraient pâlir Lolo Ferrari et d’armures ultra féminisées, cet OVNI a de quoi plaire.

3296-1-1323574321

… Et c’est dans ces cas là qu’il faut se redire 50 fois « ne vas pas lire les commentaires ». Entre les affirmations du genre « si le jeu était réaliste, on pourrait pas jouer une femme car les femmes n’ont jamais été soldat », les fans des mods dénudés qui s’insurgent, et j’en passe, un modérateur a été obligé de cloturer les commentaires. C’est quand même malheureux.
Voilà le lien du mod : http://www.nexusmods.com/skyrim/mods/3296/?

Les hommes sont des chiens

umGdq5G

Description : sur le site « les joies du sysadmin » qui raconte la vie professionnelle des sysadmins en gifs animés, sous la légende « quand une fille de la com passe alors que nous sommes en réunion », un gif montre quatre chiens qui soudain fixent leur attention dans la même direction.

Un sysadmin est une personne qui s’occupe de l’administration système, ie : faire en sorte que les ordinateurs continuent à fonctionner.

Quand une fille de la com’ passe alors que les sysadmins sont en réunion, ils se tourneraient tous comme un seul homme, ou comme un seul chien. Tu comprends, c’est animal finalement.

Je ne sais pas si le sous-entendu est que la com’, c’est quand même surtout des filles, que les sysadmins sont tous des mecs ou bien qu’ils sont tous hétéro (ou tout simplement les trois), mais j’ai du mal à imaginer ces quatre chiens représentant l’attrait de quatre sysadmin filles et lesbiennes/bi pour une autre fille. Mais je me fourvoie peut-être.

C’était il y a trois mois, pas vraiment de réactions sur le site.